Ce site Web a des limites de navigation. Il est recommandé d'utiliser un navigateur comme Edge, Chrome, Safari ou Firefox.

Rapport sexuel : Le mythe de la première fois.

Hello my friend, on va parler sexe


C’était un de nos sujets favoris au lycée ; la première fois. La toute première fois qu’on a eu une relation sexuelle. Pour beaucoup, ce moment a été source d’angoisse, de stress, mais aussi d’excitation et d’envie. 


Dans cet article je vais sûrement vous rappeler de doux souvenirs (ou pas). Mais il est temps d’en parler. Quand on est une jeune fille, entre les films, les livres et les ragots, on s’imagine que la première fois sera un remake d’une comédie romantique. 


En France, la moyenne d’âge du premier rapport sexuel c’est 17 ans. C’est l’âge où on pense tout savoir et en même temps pas grand chose. On s’imagine que ça fait très mal mais aussi que c’est très bien. On pense que l’on va saigner et qu’on aura un orgasme. 


Avec maintenant des années de recule, j’aimerais bien qu’on analyse un peu le sujet. Je veux poser ici les choses que j’aurais aimé savoir et les choses que j’aurais aimé qu’on me dise. Alors comme d’habitude sur Clitty, avec humour, et toujours sans complexe on va explorer le mythe de la première fois.

bouches s'embrassant langoureusement

La première fois ça fait mal et tu saigneras.


L’hymen, c’est quoi déjà ?

Eh bien c’est une fine membrane qui obstrue l’entrée du vagin. C’est la raison du saignement dont on entend tant parler. Pendant la pénétration ( avec un pénis ou un objet volumineux ) l’hymen va se déchirer, le saignement est plus ou moins important et dépend de la vascularisation des tissus de l’hymen. C’est pour cela que toutes les filles ne saignent pas, et qu’il y a rarement cette tâche à laquelle on s’attend sur le lit.


Pas d’hymen ?

Il n’est pas rare que les filles pratiquant un sport comme l’équitation, le vélo ou la danse aient perdu leurs hymens. Il va se rompre sans pénétration durant la pratique.

Mais l’hymen peut aussi ne jamais se rompre à cause de l’élasticité de ce dernier. 


La douleur…

La douleur ressentie pendant le premier rapport est souvent dûe à un manque de lubrification. Entre le stress et les préliminaires souvent bâclés, le vagin n’est pas assez lubrifié. Le manque de lubrification peut aussi venir de contraceptions hormonales ou de dérèglements hormonaux. Tout ça pour dire que quand c’est “sec”, ça fait mal. Alors à mon époque, on se disait qu’il fallait serrer les dents dix minutes et qu’ensuite le plaisir viendrait… ça s’est avéré être faux pour moi.

Ce que j’aurai aimé qu’on me dise: utilise du lubrifiant, détends-toi et enjoy. Ah oui et on s’en fou de ton hymen ! En réalité, il ne définit pas si tu es vierge ou pas.



banane avec des traces de rouges à lèvres comme des baisers

Attends un peu..  Tu dois être prête !

Être prête, c’est vraiment le truc qu’on a entendu le plus. Mais c’est quoi être prête ? Est-ce qu’avoir envie ça suffit à se dire qu’on est prête ? Comment savoir ? Y’avait pas vraiment d’indications.  

Il ne fallait pas sauter le pas trop tôt, car trop tôt c’est sûre que tu n’es pas prête. Mais attention car trop tard, tu as sûrement un soucis. Alors entre trop tôt, trop tard et être prête, ça fait beaucoup d’informations.

Au final c’était quoi être prête? C’était sûrement et simplement être ok avec l’idée de commencer sa sexualité. Dans mon cas j’aurais aimé qu’on me dise qu’être prête c’est s’aimer assez. S’aimer assez pour ne pas dépendre du regard d’une personne avec qui tu as envie d’avoir des relations sexuelles. S’aimer assez pour choisir quelqu’un qui te respecte et que tu apprécies, pas forcément the love of your life, mais quelqu’un avec qui tu es à l’aise.

"être prête c’est s’aimer assez"

Choisis bien celui à qui tu donneras ta virginité.


Alors déjà il y a plusieurs problèmes dans cette phrase. 

  1. On parlait toujours d’un “lui”. Supposé que la première fois se fasse forcément avec un homme quand on était une femme. On peut dire merci aux normes hétéro-normatives qui ne te laissent même pas imaginer que tu puisses faire boom boom shabang avec quelqu’un qui n’est pas un “il”.
  2. Cette idée de “donner” sa virginité comme si c’était un petit paquet qu’on livrait ou un petit bout de soi-même qu’on cédait à quelqu’un et qu’on ne reverrait plus jamais.

Résultats de tout ça ? On n’ose pas se questionner sur sa sexualité et on a la pression de devoir trouver “le bon”. Sans oublier qu’on donne quelque chose, parfois on “l’offre” même. Les garçons, eux,  n’ont pas cette pression de donner leur virginité à quelqu’un. Mais pour une fille c’était souvent the big deal. Comme si après avoir forniqué pour la première fois tu n’étais plus une femme entière, mais une femme qu’on avait marquée.J’ai toujours eu l’impression que quand j’aurais passé ce cap ma valeur aurait diminué. C’est étrange non ? Pourtant c’est un concept un peu absurde. Personne fait un caca nerveux pour le premier tampon que je me suis mise ou ma première cuite. Alors mettons les points sur les i. On ne donne pas sa virginité, la virginité c’est un concept. On partage plutôt un moment intime avec un partenaire, et c’est juste la première fois. J’aurais aimé qu’on me dise que je ne serais pas marquée au fer rouge après avoir couché, et que ça ne serait pas non plus écrit sur mon visage. 

 

femmes qui s'embrasse mensuellement

Tu auras du plaisir.

 

Alors oui et non. 

Le plaisir peut ne pas venir la première fois, et ce n’est pas grave. Le sexe, ce n’est pas inné et on n’y arrive pas toujours du premier coup, ça s’apprend. L’idéal c’est de connaître son corps avant de se lancer.

La masturbation peut aussi aider pour la suite des évènements. Car par défaut on ne sait pas quelle position on préfère, quels rythmes de mouvements, quels angles. C’est une découverte pure. Donc la première fois n’était pas forcément remplie de plaisir, mais pleine d’enseignements et découvertes sur son propre corps et ses réactions face à des stimulations. 

La première fois, on en parle… on en parle, mais les meilleures sont les fois d’après.

 

Il faut le faire.

 

C’est un peu un “rite de passage”; le sexe. Pour s’intégrer il fallait coucher, il fallait avoir cette expérience de vie qui nous donnait à tous un point commun. 

Du coup on perd l’envie de le faire pour soi, et on peut avoir envie de le faire pour en finir ou faire plaisir. Se débarrasser de cette virginité qui nous colle à la peau. Parce que de toute façon c’est la première fois qui est importante et les autres fois on s’en fou. 

On est tiraillé.e.s entre le faire, et par la même occasion être intégré, ou ne pas le faire et avoir l’impression qu’on a manqué la fête de l’année.

Ce que j’aurai aimé qu’on me dise : fais ce que tu veux et on s’en fou de ce que pense les autres. 

banane et préservatif ou il y a écrit safe sex

#BREF

 

Maladroite, inattendue, inoubliable, mauvaise, décevante, magique... Les premières fois c’est surtout bizarre et gênant. Pour le sexe c’est pareil, on en garde un bon souvenir, parfois pas de souvenir du tout  mais au final c’est pas très grave. 

C’est une expérience comme tant d’autres. Heureusement ou malheureusement ce n’est pas le sexe qui lie les gens, ce sont les sentiments. Alors, on a le droit de se tromper un peu et d’expérimenter aussi. 

Alors surtout protégez-vous (règle numéro 1), aimez vous, et soyez fidèle à vos envies.

 

Envoie cet article à ta petite soeur et à ta cousine !

Peace out,

 

Élo & la rédac Clitty

 

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés

Use coupon code WELCOME10 for 10% off your first order.

Panier

Plus de produits disponibles à l'achat

Votre panier est vide.